Confinement quand tu nous tiens !

Temps de lecture : 5 minutes

Franchement, dans la vie d’avant, il y a eu des jours ou j’en ai rêvé. Oui, avant j’aurais rêvé être enfermée chez moi. Pas de la même manière c’est sûr, mais l’idée de pouvoir regarder le temps passer, l’idée de m’ennuyer, d’avoir le choix de cuisiner, de jardiner, de mater la télé pendant des heures ou de ne rien faire était un peu comme un rêve inaccessible. « Avoir le temps » : un luxe. Si j’avais su…

Déjà les règles du jeu, si j’avais pu les écrire, n’auraient pas été les mêmes. J’aurais choisi d’être enfermée seule. J’aurais choisi… non, en fait en écrivant ces lignes, je me rends compte que si j’avais vraiment pu choisir, alors j’aurais choisi d’être enfermée avec mes morues – alias mes copines adorées – (cf. mon précédent article sur la slowlife), une piscine, du soleil, quelques vivres et de la bonne musique… tu parles d’un confinement ! Mais la réalité est toute autre et le seul être vivant que je n’ai pas envie d’étrangler à la fin de chaque journée c’est Mickey, le poisson rouge.

L’ échelle de Richter du moral 

Isabelle Adjani n’est pas si folle au fond. Elle avait vu le coup venir car si on écoute les paroles de sa chanson Ohio : « j’ai envie de m’évader, … j’suis dans tous mes états » … aucun doute, elle parle de moi !

Nous sommes aujourd’hui au début de la 3ème semaine de confinement et mes sentiments sont partagés. Il y a des jours qui passent mieux que d’autres, des jours ou je suis de meilleure humeur, des jours ou j’ai envie de faire 300 choses à la minute.

confinement cigoire

Les premiers jours, j’ai abattu un boulot d’enfer. J’ai eu peur qu’ils reviennent sur le confinement et que, du jour au lendemain, un peu comme l’annonce, ce soit la désannonce : marche arrière, on prend les mêmes et on recommence, retour vers le passé ! Alors j’ai rangé, nettoyé, trié, jeté, dépoussiéré. Mon garage d’abord, de fond en comble. J’ai fait des tas : déchetterie, troc, à donner. J’y ai même passé l’aspirateur ! J’ai ensuite trié les armoires des enfants, mis de coté les habits trop petits. Pour profiter du beau temps, qui heureusement lui est là, j’ai jardiné ! Sont passés entre mes mains 5 hortensias, 6 thuyas pour la haie et 3 fougères. J’ai passé le karcher sur le portail, sur la terrasse, sur le salon de jardin, sur les enfants (non, je rigole, pas sur les enfants) mais ça pourrait venir…

Alors le problème c’est que je suis allée beaucoup trop vite. Il ne me reste plus que le couloir de l’entrée à repeindre, et encore plusieurs semaines à tenir…

Attraper le pompon

confirnement cigoire

A la maison, c’est la fête foraine ! On a réussi, sans vraiment le vouloir, à y réunir tous les ingrédients. Il y en a pour tous les âges, et pour tous les goûts.  Oui, il y a, dans cette maison un max de bruit – que l’on pourrait presque comparer aux « allez, en voiture, en voiture, on y va, sensatioonnnnnns garanties » poussés par la dame dans son micro – j’ai dit presque ! Il y a des enfants qui crient, qui rigolent et qui, tous les jours, se disputent : peut-être se disputent-ils le pompon tient ! Il y a dans cette maison, des bonbons, des gâteaux et des boissons sucrées (ça compte comme barbe à papa ça non ?) J’essaye de limiter, mais au bout de la même question posée 20 fois « maman, je peux prendre un Orangina ? » et après avoir dit 19 fois non, je finis par dire oui… faiblesse ! Je vais peut-être finir par ouvrir un stand de pommes d’amour, ils auront au moins 1 des 5 fruits et légumes par jour… Pas de doute, c’est moi qui l’ai eu le pompon !

Maïté sort de ce corps

Pour tuer l’ennui et occuper mon esprit, j’ai ressorti le tablier. Avant de l’enfiler, j’ai dû le dépoussiérer.

Et je me suis rappelée que mille fois, sûrement lors d’une de mes éternelles courses quotidiennes contre la montre, j’ai pensé « ah, si j’avais le temps, je ferais ci, je cuisinerais ça » et bam, me voilà avec du temps.  Alors tous les jours je me fais croire que j’aurais pu être la femme au foyer parfaite, ayant la famille parfaite et le mari parfait qui m’idolâtreraient… wow pardon, je m’évade.

Il m’aura fallu attendre 39 ans et un confinement pour réaliser en une seule et même journée : un tiramisu spéculoos, une quiche poireaux-lardons, une tarte aux pommes et les premières brioches au sucre de ma vie. Ce matin, je n’ai eu que des éloges. 2 possibilités : soit ils sont honnêtes, soit ils sont très bien élevés !

cook cigoire

Allons enfants de la patrie

Je suis vraiment bluffée. Je pensais que le citoyen français ne pensait qu’à son propre nombril. Je me suis trompée. Depuis 2 semaines, vous êtes plusieurs millions à nous prouver le contraire. Depuis 2 semaines, vous êtes plusieurs millions à prouver que les petits ruisseaux font les grandes rivières. Depuis 2 semaines vous n’avez jamais réussi à nous faire tant ressentir l’utilité et la bienveillance de l’humanité. Je suis vraiment bluffée.

Chez Cigoire, à notre petit niveau, nous avons fait le choix de maintenir notre communication, nos newsletters, notre e-shop ouvert. Nous avons fait le choix de continuer de vous parler des créateurs que nous soutenons et que nous aimons mettre en lumière. Chacun à aujourd’hui, sûrement plus que jamais, besoin de votre soutien. En achetant local, aux petites entreprises, directement aux producteurs ou aux créateurs, vous faites le choix de les soutenir dans leur aventure, le choix de les aider, de décider qu’ils s’en sortent. Ce choix s’appelle la solidarité.

Un pour tous, tous pour…

Et que dire de cet élan de générosité qui déferle sur notre hexagone depuis 2 semaines ?  

D’abord, la mise en place par le gouvernement de la plateforme « je veux aider » pour participer bénévolement, selon vos possibilités et compétences à l’entraide aux personnes en difficultés ou aux associations manquant, actuellement de ressources. Un bel exemple d’élan de mobilisation des citoyens et du devoir civique.

confinement cigoire

Comment ne pas mentionner cette formidable initiative de l’entreprise nordiste LEMAHIEU et du CHU de Lille qui, en partenariat avec l’association Le souffle du Nord, ont mis en place l’opération « des masques en nord » pour fabriquer et distribuer des masques en tissus lavables et réutilisables.

Pour pallier le manque cruel de masques, un patron a été développé et répond aux normes appliquées aux masques chirurgicaux classiques jetables. Ces masques sont recommandés pour un usage hors soins, hors contact direct avec le virus. Rappelons que le masque jetable reste le seul préconisé dans les situations à risque (soins, actes invasifs…).

Ce qui est encore plus fou dans cette incroyable aventure, c’est le nombre de bénévoles qui ont répondu présents pour participer à cette admirable cause.  La fabrication est faite uniquement avec des couturiers et couturières qui, en moins de 24 heures, étaient plus de 10 000. Encore bluffée !

 Et comme chacun fait ce qu’il peut à son niveau, rapport aux ruisseaux et aux rivières…je ne résiste pas à vous partager la contribution de mon petit chou, qui, du haut de ses 7 ans a décidé, de son propre chef, de nettoyer toutes les poignées de la maison ce matin et de fabriquer une banderole pour remercier les soignants. C’est son devoir civique à lui et j’en suis fière !

confinement cigoire

Cécile.

Partagez sur

3 replies on “Confinement quand tu nous tiens !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.